Accès en illimité à nos services avec un seul paiement ✨

L’objectif perte de poids est-il compatible avec la grossesse ?

Ventre de femme enceinte

La grossesse est une période merveilleuse mais elle soulève tout un tas de questions et de préoccupations, notamment lorsque vous étiez en démarche de perte de poids avant cette nouvelle. Nous allons ici vous fournir des éléments de réponse en ce qui concerne l’alimentation lors de cette période. Vous pouvez également trouver un paragraphe bonus à la fin de l’article, qui traite de l’alimentation lors de l’allaitement. Je vous souhaite une bonne lecture !

 

Actuellement en phase de perte de poids, je découvre que je suis enceinte

J’avais entrepris un régime restrictif 

Qu’est-ce qu’un régime restrictif ? 

C’est une méthode d’alimentation qui consiste à exclure certains aliments voire certaines catégories entières d’aliments, dans le but final de perdre du poids. L’objectif étant de faire fondre les graisses en obligeant l’organisme à puiser dans ses réserves rapidement. 


Cette façon de procéder élimine-t-elle seulement les graisses ? 

En effet, très rapidement le corps finit par puiser dans les tissus musculaires également ! Votre organisme devient alors de plus en plus faible, même si le poids qui s’affiche sur votre balance vous rend de plus en plus heureuse. C’est alors que le régime restrictif touche à sa fin ! Soit parce que vous avez réussi à tenir toute la durée prévue, soit car vous avez craqué en cours de route puisque ce dernier engendre trop de frustration. 

 

Cela correspond au début de ce que l’on appelle “l’effet yoyo” 

A ce stade, vous allez reprendre vos anciennes habitudes alimentaires et allez également consommer plus de quantité de nourriture. Votre corps, habitué à se restreindre, va alors décider de stocker toute l’énergie que vous êtes en train de lui apporter, pour anticiper une éventuelle pénurie future ! Il va ainsi reconstituer son stock de graisses (voire en garder plus qu’au départ). Au fil du temps vous reprenez donc du poids et finissez par recommencer un nouveau régime restrictif. C’est cette alternance de perte puis reprise du poids que l’on nomme “l’effet yoyo”. De plus, la perte de masse musculaire favorise la prise de poids. A chaque cycle, l’effet yoyo se renforce ainsi de plus en plus.
Sur le long terme, les régimes restrictifs affaiblissent ainsi l’organisme et également la santé mentale puisqu’ils induisent un sentiment d’échec continu et une mauvaise image de soi. [1] [2] [3]

 

Régimes restrictifs et apport en nutriments

En 2010, l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a publié les résultats d’une recherche sur l’évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement.
La conclusion de cette étude montre que les régimes amaigrissants entraîneraient des carences en vitamines et minéraux et une perte de masse musculaire, qui contribueraient à des risques cliniques, comportementaux et psychologiques. La pratique de ces régimes pourrait ainsi conduire à un dysfonctionnement du cœur et des reins, des perturbations osseuses et musculaires, des troubles du comportement alimentaire, etc. [4]

On peut noter que les régimes restrictifs ne prennent pas en compte vos habitudes de vie, ils engendrent beaucoup d’interdictions et de frustrations, favorisant l’effet yoyo et entraînent des risques pour votre santé de manière globale.

Si vous êtes enceinte et que vous êtes en train de réaliser un régime restrictif, nous vous conseillons de l’arrêter et d’opter pour un rééquilibrage alimentaire afin d’apporter à votre corps et à votre futur bébé, tous les nutriments essentiels !
Pour être guidée dans cette démarche, vous pouvez faire votre bilan nutritionnel, attendre quelques jours afin de recevoir votre bol maju (concept breveté) et commencer à prendre plaisir à manger sainement sans charge mentale !
Nos diététiciens-nutritionnistes sont disponible 6 jours sur 7 pour répondre à toutes vos questions et une communauté bienveillante est réunie sur le groupe Facebook : maju – FoodBOLclub 🥣

 

J’avais déjà entamé une démarche de perte de poids avec maju et j’apprends que je suis enceinte

Qu’est-ce que la perte de poids avec maju ? 

Avec maju, on dit au revoir à la balance pour peser ses aliments, on dit au revoir à la frustration, à la charge mentale… et on renoue avec le plaisir de manger, tout en mangeant juste ! Juste le bon équilibre, juste le bon apport calorique, juste la bonne quantité et donc juste ce dont vous avez besoin. 

Avec maju, la perte de poids est synonyme de légèreté et de simplicité !
Faites votre bilan, recevez votre bol, piochez des idées de recettes selon vos envies et il n’y a qu’une seule règle : mangez aussi souvent que possible dans votre bol !

Le bol maju permet de simplifier la démarche de perte de poids tout en gardant la notion de plaisir. Il permet également de laisser au placard l’effet yoyo car le bol vous permet de réapprendre à manger les bonnes quantités simplement. L’équipe de diététiciens-nutritionnistes est également présente 6 jours sur 7 via notre tchat afin de vous accompagner avec bienveillance si vous avez la moindre question.

 

Dois-je continuer ma démarche de perte de poids alors que je suis enceinte ? 

Il est important de ne pas trop réduire vos apports nutritionnels lorsque vous êtes enceinte. En effet, il faut apporter à votre organisme des quantités suffisantes de nutriments durant toute cette période ! 

Le bol maju est totalement adapté pour respecter l’équilibre alimentaire et composer des repas parfaitement adaptés à vos besoins durant votre grossesse. 

 

Comment puis-je adapter les réglages de mon bol durant ma grossesse ? 

Lors de votre adhésion chez maju, si vous avez noté l’objectif de “perte de poids” dans votre bilan et que vous apprenez que vous êtes enceinte, vous pouvez tout à fait continuer à utiliser votre bol maju mais nous vous conseillons de changer l’objectif initial. 
Pour ce faire, vous devez simplement refaire votre bilan nutritionnel.
A la question : “Souhaitez-vous perdre du poids?” répondez “Non”.
Choisissez ensuite l’objectif “Améliorer votre santé”.
Terminez ensuite le questionnaire.
Les réglages de votre bol ainsi que votre programme nutritionnel se mettront alors à jour directement dans votre espace client (modification des quantités si nécessaire) et vous pourrez continuer votre routine alimentaire dans votre bol, sans prise de tête ! 

En continuant de manger dans votre bol maju pendant la grossesse, vous respectez votre équilibre alimentaire de façon simple, en apportant à votre corps les bonnes quantités de nourriture pour vous et votre futur enfant !

 

Dangers d’un objectif de perte de poids lors d’une grossesse

D’après les travaux de l’Afsaa (agence française de sécurité sanitaire des aliments) suite aux recommandations de l’Anses, tous les régimes, quels qu’ils soient, sont contre-indiqués pendant une grossesse. 

De plus, une prise de poids trop faible lors de la grossesse aurait des conséquences directes sur la santé de la maman et du futur nourrisson. En cas de carences en nutriments, la future maman pourrait ressentir une fatigue très importante. De plus, le fœtus sera prioritaire sur les ressources d’énergie et si vous mangez moins (dû à une volonté de perte de poids), votre enfant prendra les nutriments essentiels à son développement au détriment de votre propre santé. C’est pourquoi il est extrêmement important de ne pas faire de régime lorsque vous êtes enceinte. [5]

 

Actuellement en rééquilibrage alimentaire avec maju, je découvre que je suis enceinte 

 

Puis-je continuer dans ce sens ?

Si vous êtes déjà une Boliste confirmée et que vous êtes dans l’optique d’un rééquilibrage alimentaire pour améliorer votre santé de manière générale (et non pour une perte de poids), le bol maju sera tout à fait adapté et pourra vous suivre tout au long de votre grossesse.


Dois-je modifier les réglages de mon bol ?

Nous vous conseillons tout de même de refaire votre bilan afin de mettre à jour vos données au début de votre grossesse. Ainsi, les réglages de votre bol ainsi que votre programme nutritionnel, correspondront à l’instant présent et vous pourrez consulter toutes les informations directement dans votre espace client.
Vous pouvez donc continuer à simplifier votre équilibre alimentaire grâce à maju. Restez néanmoins vigilante sur les aliments à éviter lors d’une grossesse (voir liste plus bas).

Sachez que vous n’êtes pas la seule à être enceinte et à manger dans le bol maju, et que vous pouvez partager cette expérience dans le groupe facebook le FoodBOLclub, qui est un groupe bienveillant d’entre-aide !

 

Les besoins du foetus : importance d’apporter de bons nutriments au corps pour soi et pour le futur bébé (en quantité et en qualité)

Lorsque l’on est enceinte, perdre du poids n’est pas une bonne chose. Nous chercherons plutôt à contrôler la prise de poids. 

Doit-on manger plus pour satisfaire les besoins de bébé ?

Il est vrai que la construction du foetus dans le ventre de la femme enceinte demande des ressources mais ce n’est pas pour autant que vous devez manger plus en quantité !
La phrase “quand on est enceinte, on mange pour 2” ne signifie pas qu’il faut manger 2 fois plus, mais plutôt 2 fois mieux ! Cela vaut aussi si vous attendez des jumeaux ou des triplés !

Le fait de concevoir un enfant demande au corps beaucoup de vitamines et de minéraux. De ce fait, il est primordial d’adopter une alimentation variée et équilibrée, avec une portion de légumes à chaque repas. Le bol maju permet de grandement faciliter cela car il est personnalisé en fonction de vos besoins journaliers. Ainsi, il ne vous reste plus qu’à cuisiner de bons petits plats simples et de les déposer dans les compartiments du bol afin d’obtenir les quantités adaptées à votre profil. [6] [7] [8]

 

Quels sont les micronutriments essentiels pour un bébé en bonne santé ? 

Toutes les vitamines et tous les minéraux sont importants mais si on creuse plus en détails, on peut en nommer quelques-uns qui sont essentiels pour la femme enceinte. 

On pense alors dans un premier temps à la vitamine B9 (aussi nommée acide folique), qui a de nombreux rôles essentiels dans la conception d’un bébé.
En effet, l’acide folique contribue à la production de l’ADN et de l’ARN et contribue également à :
– La production d’acides aminés (primordiaux à la croissance cellulaire)
– La formation des globules rouges
– Développer le système nerveux ainsi que le système immunitaire
– La production de cellules nouvelles (développement du foetus en l’occurrence)

L’acide folique joue ainsi un rôle primordial dans le développement du futur nourrisson, c’est pourquoi de nombreux médecins recommandent une supplémentation en vitamine B9 dès votre projet de grossesse. Pour autant, nous vous recommandons d’attendre l’avis de votre médecin à ce sujet et de ne surtout pas commencer une prise de compléments alimentaires sans avis médical préalable. [9]

Le bon apport en vitamine D permet d’assurer une minéralisation optimale des tissus (os, dent, cartilage), une efficacité de la transmission nerveuse, de la coagulation et de la contraction musculaire. [10]

Les apports en  fer permettent d’assurer la fabrication de l’hémoglobine (protéine qui entre dans la composition des globules rouges et qui permet de transporter l’oxygène dans l’organisme), de la myoglobine (protéine présente dans les muscles qui permet de stocker l’oxygène) ainsi que d’enzymes (impliquées dans la respiration et la synthèse d’ADN). [11] [12]

L’apport de calcium est également extrêmement important chez la femme enceinte car il va contribuer à la formation du squelette du futur nourrisson. [12]

L’apport en iode va permettre de contribuer à la bonne santé de la glande thyroïde de la future maman et est également important dans le processus de développement du cerveau du fœtus. [13]

Les protéines, les glucides et les lipides font partie des nutriments de base de l’alimentation, dont la femme enceinte n’est pas exclue.
On traite ici des besoins en vitamines et minéraux qui ont une place essentielle chez la femme enceinte, mais il est également important de rappeler qu’il faut aussi boire suffisamment et régulièrement de l’eau, qui représente plus de 70% de la composition du corps humain.

 

Les choix alimentaires durant la grossesse

Y-a-t-il des aliments à supprimer durant la grossesse ? 

Les futures mamans ont un risque plus fort de développer une maladie induite par l’ingestion de certains aliments.
La listériose se développe à cause d’une bactérie présente dans les aliments et peut provoquer une intoxication alimentaire chez la femme enceinte, pouvant provoquer par la suite une fausse couche, un accouchement prématuré, voire une mort-né. On conseille alors d’éviter les fromages au lait cru et les produits de la mer crus.

La toxoplasmose se développe à cause d’un parasite qui est présent dans la terre et qui peut provoquer des symptômes voisins à la grippe (fatigue, fièvre, douleurs musculaires, maux de gorge et de tête), pouvant se répercuter sur le futur nourrisson en engendrant des malformations du foetus avec des lésions irréversibles au niveau du cerveau et des yeux. Pour éviter cela, on conseille de laver soigneusement tous les fruits, les légumes et les herbes aromatiques, en faisant attention à ne laisser aucun résidus de terre. Nous conseillons également aux femmes enceintes d’éviter le contact avec les chats car la toxoplasmose peut être transmise par eux ou par leurs excréments. Pour les mêmes raisons, il est déconseillé de faire du jardinage ou de s’occuper de la litière des chats.

De manière générale, une femme enceinte non immunisée contre ces maladies devrait éliminer tous les aliments crus tels que : 

  • Les œufs crus ou non cuits à cœur puisqu’ils pourraient contenir de la salmonelle. Veillez donc à éviter également toutes les denrées qui contiennent des œufs crus tels que la mousse au chocolat, le tiramisu, la mayonnaise et autres sauces, les pâtisseries, la crème anglaise, etc.
  • La viande crue ou non cuites à cœur
  • Les poissons crus ou fumés
  • La charcuterie de type jambon cru, prosciutto, salami, saucisson, mousse de foie, foie gras, rillettes, pâté, etc.
  • Les fromages au lait cru ou à pâtes molles tels que le brie, le reblochon, le roquefort, l’Epoisse, le bleu, le camembert, le morbier, le mont d’Or, le Saint Marcellin, le vieux Boulogne, le pont l’Evêque, etc.

Des conseils supplémentaires d’élimination de certaines denrées s’appliquent également pour :

  • Les poissons trop chargés en mercure tels que le requin, le thon, l’espadon, le brochet, l’anguille, la carpe, le silur, la lotte, le bar, l’empereur, la dorade, la raie, le sabre, le flétan, etc.
  • L’alcool : car la cytotoxine présente dans cette boisson peut affecter le cerveau et les cellules nerveuses de l’enfant à naître.

De manière générale, il est important de bien cuire à cœur tous les aliments lorsque vous êtes enceinte.

Certains aliments ne sont pas à exclure complètement lorsque l’on est enceinte, mais sont tout de même à modérer, il s’agit :

  • Du café que nous vous recommandons de consommer au maximum 2 tasses par jour (soit environ 230ml de café par jour). Pensez que votre consommation de caféine ne dépend pas que de votre consommation de café car il y a de la caféine également dans la boisson au cola, dans les boissons énergisantes, dans le chocolat ainsi que dans certaines herbes tels que le guarana et le yerba maté.
  • Du thé noir et du thé vert, car ils contiennent des tanins qui vont empêcher l’assimilation du fer. En consommation occasionnelle, nous vous conseillons de faire infuser le thé sur une courte durée et de le boire entre les repas. 
  • Du kombucha car il est composé de bactéries pouvant être néfastes pour la femme enceinte et pour le foetus.

[14] [15] [16]

 

Quels aliments sont à privilégier durant la grossesse  ?

Voici une liste non-exhaustive d’aliments source de vitamine B9, si utile chez la femme enceinte :

Les aliments sources de vitamine B9 que les femmes enceintes peuvent manger

* Légumineuses cuites : lentilles, pois cassés, pois-chiches, haricots blancs ; Légumes à feuilles vertes foncées : épinards, brocolis, laitues, choux de Bruxelles, choux frisés ; Autres légumes : betteraves, asperges, radis, artichauts, haricots beurre, céleris raves, choux fleurs, panais, poivron rouge ; Fruits : fraises, fruits de la passion, mangues, melons, framboises, litchis, clémentines, oranges, mûres ; Féculents : patates douces, farine de châtaignes ; Oléagineux : noix, noisettes, graines de lin ; Viandes : oeufs ; Autres : spiruline

 

Voici une liste non-exhaustive d’aliments source de vitamine D :

Les aliments sources de vitamine D que les femmes enceintes peuvent manger

* Viandes : oeufs ; Produits laitiers : fromages blancs, yaourts et fromages pasteurisés ou UHT ; Fruits : avocats ; Légumes : champignons sauvages (cèpes, morilles, champignons de Paris)

 

Voici une liste non-exhaustive d’aliments source de fer :

Les aliments sources de fer que les femmes enceintes peuvent manger

* Légumineuses : haricots, pois, lentilles ; Légumes : épinards ; Viandes : viandes maigres (certaines parties de l’agneau, du veau, du boeuf), volailles, maquereaux, sardines, oeufs, tofu, sardine ; Oléagineux : noix, amandes, graines de courges

Dans le cas où votre repas ne contient pas de viande, nous vous conseillons d’apporter une bonne source de vitamine C afin d’aider votre organisme à absorber le fer des autres aliments. En effet, le fer héminique (origine animale) s’absorbe bien mieux que le fer non héminique (origine végétale).  

Voici donc une liste non-exhaustive d’aliments source de vitamine C  :

Les aliments sources de vitamine C que les femmes enceintes peuvent manger

* Fruits : kiwis, oranges, pamplemousses, mangues, fraises, cassis, ananas, citron ; Légumes : épinards, poivrons jaunes, poivrons verts, poivrons rouges, brocolis, tomates, choux de Bruxelles, navets, panais ; Féculents : pommes de terre

 

Voici une liste non-exhaustive d’aliments source de calcium :

Les aliments sources de calcium que les femmes enceintes peuvent manger

* Légumes : épinards, brocolis, blettes ; Produits laitiers : lait, yaourt pasteurisés ou UHT, fromages à pâtes dures ; Viandes : oeufs, sardines, maquereaux, tofu ; Légumineuses : haricots noirs, haricots blancs, pois chiches ; Oléagineux : amandes, graines de lins, graines de sésame, noisettes, pistaches ; Fruits : kiwis, oranges, abricots, clémentines, mûres

 

Voici une liste non-exhaustive d’aliments source d’iode :

Les aliments sources d'iode que les femmes enceintes peuvent manger

* Assaisonnement : sel iodé ; Viandes : sardines, maquereaux, truites, oeufs ; Produits laitiers : laits, yaourts et fromages blancs pasteurisés ou UHT ; Légumes : épinards, cresson

 

Les conseils généraux pour une grossesse sereine

 

Le rythme alimentaire et l’atmosphère des repas

Nous vous conseillons de créer une atmosphère calme lors de vos repas afin de manger lentement et en conscience. Nous avons évoqué l’importance d’apporter tous les nutriments essentiels à votre corps et à cela nous aimerions vous conseiller d’accorder de l’importance à votre petit déjeuner

En effet, il a été démontré que le jeûne intermittent serait mauvais dans le cadre d’une grossesse, car il augmenterait les risques de mortalité infantile.
Nous vous conseillons de réaliser 4 repas (3 repas et une collation) dans votre journée et d’être à l’écoute de votre corps en cas de ballonnements par exemple. 

Si vous êtes sujettes à des problèmes digestifs, vous pouvez fractionner davantage votre alimentation. De même si vous ressentez des fringales au cours des journées, vous pouvez manger la même quantité de nourriture mais répartie en plusieurs repas dans la journée.

Il est également important d’avoir une hygiène bucco-dentaire irréprochable afin de prévenir des gingivites liées à la grossesse, qui se définit par l’accumulation de plaques sur les dents qui vont irriter les gencives. D’après plusieurs études, cela augmenterait le risque de naissance prématurée. En optant pour des aliments bruts plutôt que des sucreries, vous réduirez également ce risque.

Boire suffisamment d’eau vous permettra également de prévenir des infections urinaires et des problèmes de constipation, fréquents pendant une grossesse. [5] [7] [16]

 

Qu’en est-il pour l’activité physique ?  

Concernant l’activité physique, sachez que la grossesse est tout à fait compatible avec une activité physique quotidienne raisonnable. Elle est même conseillée !

Cela permettra de conserver une musculature abdominale mais également d’améliorer votre moral et de diminuer les ballonnements, les constipations et les maux du dos. Autrement dit, vous pouvez continuer de pratiquer du sport en suivant les recommandations de votre médecin ou gynécologue qui sera le mieux placé pour vous conseiller.

Dans le cas où la pratique d’une activité physique n’était pas dans vos habitudes, vous pouvez choisir d’effectuer 30 minutes de marche par jour ou bien une séance de natation qui sera à adapter au fur et à mesure de votre grossesse. [5]

 

Nos conseils pour lutter contre les troubles digestifs de la grossesse : nausées, vomissements, remontés d’acide, constipation

Les nausées, vomissements et remontées acides sont fréquentes et peuvent être désagréables au quotidien.

Les nausées s’arrêtent la plupart du temps au 3ème ou 4ème mois de grossesse. Elles sont souvent accentuées lorsque vous ne mangez pas pendant un long moment. La solution serait alors de fractionner davantage vos repas afin de diminuer ce laps de temps. Il s’agirait donc de prendre 4 ou 5 repas avec la même quantité de nourriture au total sur la journée, mais répartie en plusieurs fois. Veillez également à boire entre les repas plutôt que pendant. Dans le cas où vos nausées sont provoquées par les odeurs, vous pouvez privilégier des repas froids qui seront moins odorants.

Les vomissements peuvent fragiliser l’émail des dents. C’est pourquoi nous vous recommandons de vous rincez rapidement la bouche avec de l’eau ou bien avec un bain de bouche au fluor ou au bicarbonate et attendez entre 30 minutes et 1h avant de vous brosser les dents.

Plus spécifiquement pour les remontées d’acides, fractionner vos repas vous aidera également sur ce plan là. Prenez le temps de manger lentement, dans le calme, en mâchant correctement et ne vous couchez pas directement après avoir ingéré un repas. Évitez les aliments gras et épicés qui favoriseraient ces remontées d’acides.
En cas de constipation, veillez tout d’abord à ce que vos apports d’eau soient bons (1,5 à 2L par jour). Vous pouvez également opter pour des eaux riches en magnésium (avec minimum 50mg/L de magnésium). Pour contrer la constipation, vous pouvez augmenter vos apports en fibres et notamment en fruits, en légumes et/ou en céréales complètes (pain complet, riz complet, etc.). Pratiquez une activité physique quotidienne vous aidera également dans ce sens ! Marcher au moins 30 minutes par jour si vous ne faites pas d’autre type d’exercice. [5] [17]

 

Conseils pour prévenir les infections

Lorsque vous êtes enceinte, il est important de veiller à avoir une bonne hygiène de manière générale, afin de prévenir d’éventuelles infections.
C’est pourquoi nous vous recommandons de vous laver régulièrement et soigneusement les mains avec du savon, et particulièrement si vous venez de cuisiner et avez ainsi été en contact avec des aliments crus ou bien si vous avez été en contact avec un animal, de la terre, des couches d’enfants, etc.

Dans votre réfrigérateur, veillez à séparer les aliments crus des aliments cuits, à ne conserver des restes que durant 2 à 3 jours maximum et à le nettoyer régulièrement.
Notez également que pour décongeler un aliment, il est important de le placer au réfrigérateur et non à l’air ambiant. [5]

 

L’allaitement 

Vous avez choisi d’allaiter votre enfant ? Vous avez sûrement des questions concernant votre alimentation à ce sujet. Nous allons alors vous éclairer sur ce point également !

Est-ce que la restriction des aliments est toujours d’actualité ?

Après 9 mois de privation de certains de vos aliments favoris, il est normal de se demander si pendant l’allaitement, ces restrictions sont toujours d’actualité ou non.
J’ai une bonne nouvelle pour vous : une bonne partie des restrictions n’est plus d’actualité. 

Votre lait maternel ne transmettant pas les bactéries, vous pouvez désormais consommer des produits laitiers non pasteurisés (dont le fromage 😉) ainsi que du poisson cru (dont des sushis et du saumon fumé 😉).En revanche, il est encore question de limiter la consommation à 2 tasses par jour maximum de thé, de café, de chocolat chaud ou de cola. En effet, la caféine passe rapidement dans le lait et rendrait votre enfant nerveux et irritable. Vous pouvez remplacer ces boissons par des tisanes au fruits par exemple 🙂.
Évitez également la consommation de boissons énergisantes car elles peuvent être dangereuses pour votre bébé. Il est également conseillé de continuer de limiter les poissons pouvant contenir une quantité trop importante de mercure. Nous vous conseillons aussi d’éviter de consommer de l’alcool. Un verre d’alcool prend environ 3 heures à être éliminé du lait mais cela dépend de chaque personne. 

Nous vous conseillons de manger à votre faim et de boire en grande quantité car l’allaitement demande des calories supplémentaires pour produire le lait et une femme qui allaite a également des besoins importants en eau. Une bonne hydratation permet de limiter la fatigue et de favoriser la concentration.

 

Les nutriments à privilégier sont-ils toujours les mêmes ?

Concernant les besoins en vitamines et minéraux d’une maman allaitante, il s’agit de continuer à prodiguer de bons apports en vitamine B9, vitamine D, fer, calcium et iode comme lorsque vous êtes enceinte. Les apports en vitamines et minéraux de manière générale contribuent au bon développement de l’enfant et apportent à la maman toute l’énergie nécessaire à l’allaitement.

 

A quel moment puis-je envisager de perdre du poids après la grossesse ?

Saviez-vous que la graisse qui enrobe votre corps durant la période de grossesse sert également de stockage pour la fabrication du lait maternel ?
De ce fait, l’énergie que votre corps a stocké durant ces 9 mois va permettre d’offrir à votre nourrisson un lait très riche, notamment lors des 1ères tétées. C’est ainsi un grand avantage de l’allaitement puisqu’en nourrissant votre enfant, vous allez brûler des calories !
De plus, le fait d’allaiter requiert de l’énergie, ce qui va permettre de contribuer dans cette voie de perte de poids progressive.
Pour autant, il faut prendre en compte que chaque femme est différente.
Alors si vous hésitez à allaiter simplement parce que vous avez hâte de perdre du poids, sachez que des études ont prouvé que les femmes qui allaitent retrouvent plus facilement leur poids d’équilibre que celles qui n’allaitent pas. [18] [19]

Il est important de laisser son corps récupérer de la grossesse et ainsi d’attendre 2 à 3 mois avant toute démarche de perte de poids. Évitez les régimes restrictifs et optez plutôt pour la solution du bol maju pour vous aider à maintenir une alimentation équilibrée et à perdre du poids de façon saine, en douceur et sans être affamée.

Pratiquer une activité physique 2 à 3 fois par semaine (reprise progressive en suivant les conseils de votre médecin) vous aidera également à perdre vos kilos en trop et à vous remettre en forme !

Dans tous les cas, nous vous conseillons de ne pas vous mettre la pression et d’aller à votre rythme. Pour toute question avant, pendant ou après votre grossesse et/ou votre allaitement, n’hésitez pas à poser toutes les questions sur le chat maju… les diététiciens-nutritionnistes maju seront ravis de vous aider !

 

 

Propos écrits par Sterenn Maurice, nutritionniste chez maju.

Bibliographie

[1] National Institute on Aging. « Calorie Restriction and Fasting Diets: What Do We Know? » 14 août 2018. https://www.nia.nih.gov/news/calorie-restriction-and-fasting-diets-what-do-we-know.
[2] « Zoom sur les régimes restrictifs ». CHU de Nimes https://www.chu-nimes.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=1380&Itemid=1.
[3] CL Diététique. « Régime : Pourquoi je n’arrive plus à perdre de poids ? », 9 septembre 2018. https://cl-dietetique.com/regime-pourquoi-je-narrive-plus-a-perdre-de-poids/.
[4] ANSES. « Évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement » novembre 2010. https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2009sa0099Ra.pdf
[5] Dr Sylvie Bourdin. « Le guide nutrition de la grossesse », Santé Publique France (SPF) fondé sur les travaux de l’Afsaa, mai 2016. https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/documents/brochure/le-guide-nutrition-de-la-grossesse
[6] Stéphanie Côté. « L’alimentation durant la grossesse », avril 2019. https://naitreetgrandir.com/fr/grossesse/sante-bien-etre/grossesse-alimentation/.
[7] Mayo Clinic. « Pregnancy week by week Healthy pregnancy », 13 novembre 2020. https://www.mayoclinic.org/healthy-lifestyle/pregnancy-week-by-week/basics/healthy-pregnancy/hlv-20049471.
[8] Autour de bébé | Conseils. « Quels sont les besoins en vitamines d’une femme enceinte ? | ADBB ». https://www.autourdebebe.com/conseils/article/quels-besoins-en-vitamines-et-mineraux-femme-enceinte/.
[9] Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. « Vitamine B9 ou acide folique », 14 décembre 2012. https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-b9-ou-acide-folique.
[10] Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. « Vitamine D : pourquoi et comment assurer un apport suffisant ? », 2 mars 2022. https://www.anses.fr/fr/content/vitamine-d-pourquoi-et-comment-assurer-un-apport-suffisant.
[11] Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. « Les minéraux », 11 décembre 2012. https://www.anses.fr/fr/content/les-min%C3%A9raux.
[12] Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. « Le fer », 3 janvier 2013. https://www.anses.fr/fr/content/le-fer.
[13] Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. « Les références nutritionnelles en vitamines et minéraux », 23 avril 2021. https://www.anses.fr/fr/content/les-r%C3%A9f%C3%A9rences-nutritionnelles-en-vitamines-et-min%C3%A9raux.
[14] AptaClub. « Aliments interdits pendant la Grossesse », 31 juillet 2019. https://www.aptaclub.ch/fr/grossesse/alimentation/aliments-interdits-pendant-la-grossesse.html.
[15] Ministère de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire. « Consommation de fromages à base de lait cru : rappel des précautions à prendre », 9 juillet 2020. https://agriculture.gouv.fr/consommation-de-fromages-base-de-lait-cru-rappel-des-precautions-prendre.
[16] Agence de la santé publique du Canada. « Votre guide pour une grossesse en santé ». Éducation et sensibilisation ; 20 août 2011. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/grossesse-sante/guide-grossesse-sante.html.
[17] « Alimentation pendant la grossesse », 8 décembre 2021. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/grossesse/alimentation-grossesse.
[18] AbuSabha, R., et G. Greene. « Body Weight, Body Composition, and Energy Intake Changes in Breastfeeding Mothers ». Journal of Human Lactation: Official Journal of International Lactation Consultant Association 14, no 2 (juin 1998): 119‑24. https://doi.org/10.1177/089033449801400211.
[19] Lovelady, C. A., K. E. Garner, K. L. Moreno, et J. P. Williams. « The Effect of Weight Loss in Overweight, Lactating Women on the Growth of Their Infants ». The New England Journal of Medicine 342, no 7 (17 février 2000): 449‑53. https://doi.org/10.1056/NEJM200002173420701.

Partager :
Ces articles pourraient vous intéresser...
Dans le ventre se trouve l'intestin où peut s'observer une dysbiose
Les bases d'une alimentation équilibrée

Dysbiose et impact sur la santé : Comment l’améliorer ?

Durant toute notre vie, nos intestins abritent plus de 100 000 milliards de microbes, d’où sa considération comme étant notre deuxième cerveau. Ces microbes constituent notre microbiote intestinal. Celui-ci est équilibré, varié et relativement stable. [1] Notons que le microbiote

Lire la suite »
Photo des différents fruits antioxydants
Les bases d'une alimentation équilibrée

On vous dévoile tout sur les antioxydants !

On entend souvent parler des antioxydants, mais connaissez-vous réellement leurs fonctionnements, leurs intérêts et les raisons pour lesquels ils seraient bons ou non pour l’organisme ?   Qu’est-ce qu’un antioxydant ? Il est impossible de comprendre l’intérêt des antioxydants sans

Lire la suite »
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]